Trails Endurance Mag
Le fil d'actus

Twitter: ENDU_MAG

Trail des Citadelles : rencontre d’avant course avec Michel Arnaud

Michel Arnaud a repris l’organisation du Trail des Citadelles en 2008, course qui était en 1999 précurseur sur des formats Ultra (130 Km, et 6000 D+ )
Cette année, la pluie incessante de la nuit ne changera pas beaucoup les conditions des éditions précédentes, les coureurs sont habitués.…

Le trail se déroule toujours sur le week-end de Pâques, permettant d’avoir trois jours, mais aussi de changer un peu d’environnement, Pâques étant une fête dépendant des lunes, et s’étalant ainsi entre mi-mars et fin avril.
Les parcours des trois courses (20, 40, et 73) sont pratiquement les mêmes chaque année, avec suffisamment de petites variantes pour invalider toute notion de record, ce n’est pas trop la politique de la maison.

Michel attend donc une édition 2013 conforme à l’historique, très glissante, avec des descentes «  un peu surf ».
Il a neigé cette nuit sur le château Cathare de Montségur, mais il fait doux, tout cela sera vite transformé en boue…
De  nombreux espagnols sont traditionnellement présents, Michel recrute en courant là-bas, en entretenant de bonnes relations avec les organisations de courses hispaniques. Cette année, un Russe fera le déplacement.

Le point sur les favoris
Pour les 20 et 40 km, ce sont surtout les régionaux qui s’inscrivent.  Tout peut toujours arriver mais, sur le 20 Michel Rabat reste invaincu, et sur le 40 David Andrieu a gagné l’an passé en remportant aussi le challenge des Trails du sud-ouest, sera peut-être face à Claude Escots, vainqueur sur la distance en 2012.

Sur le 73, Véronique Chastel tentera sûrement le triplé, l’inconnu étant toujours la présence de coureuses espagnoles moins connues ; chez les hommes, le papier semble plus indécis avec la présence de Maxime Cassajous, Sébastien Lefèbvre, Emmanuel Ripoche ou Pierre-Laurent Viguier.

120 bénévoles seront sur les parcours avec une météo qui s’annonce plus clémente que ce samedi,…au moins dans le ciel, parce qu’au sol, rien ne changera plus…

Hervé Le Gac