Trails Endurance Mag
Le fil d'actus

Twitter: ENDU_MAG

Triomphe britannique sur l’UTMB®

Deux athlètes de sa Grâcieuse Majesté ont remporté ce soir une édition allégée de l’UTMB®, après 88km de course entre Courmayeur et Chamonix.

L’atmosphère frigorifiante s’est réchauffée de quelques degrés en ce début de soirée, lorsque les premières arrivées d’un UTMB® 2010 écourté se sont succédées sous le portique de la Place du Triangle de l’Amitié.
Si l’annonce d’un parcours raccourci à 88Km avait quelque peu décontenancé les participants préparés à cette grand-messe depuis des mois, la majeure partie des concurrents avait accepté, ce matin à 10 heures à Courmayeur, de jouer le jeu d’une édition raccourcie.

Concurrents de l’UTMB® et de TDS® ont ainsi unis leur destinée pour écrire une page supplémentaire de l’histoire de cette course devenue mythique en huit éditions. 588 concurrents initialement inscrits sur la TDS (environ 50% du plateau initial), et 650 de l‘UTMB® (environ 30%) se sont élancés sur un parcours inédit et allégé d’une édition de l’UTMB® 2010 qui restera, à sa façon, dans les annales.

Parmi ces milliers d’engagés, la majorité des "cadors" venus batailler pour une victoire de prestige sur les 166 km initiaux avait accepté de bonne grâce de jouer le jeu d’un parcours raccourci. On citera ainsi Jacquerod, Chaigneau, Chorier, Sherpa, Mermoud, Delebarre, Guillon, Hawker, Dubois, Bonaudo, Meltzer, Kaburaki, etc… et notera l’absence du double tenant du titre Kilian Jornet, inscrit au pied lever sur une course de remplacement en Italie.

Acceptant la dure loi de la nature qui a provoqué la re-programmation de l’épreuve, les prétendants à la victoire s’en donnaient à coeur joie sur un parcours toujours balayé par le vent, la pluie, voire la neige sur les points les plus hauts du tracé.

Avec ce trio composé du Britannique Jez Bragg, l’Américain Mike Wolfe et de l’Espagnol Zigor Iturrieta Ruiz, c’est la première fois depuis 2004 qu’un Français ne monte pas sur le podium de l’UTMB® . C’est aussi la première fois qu’un Anglais remporte la Grande Boucle Mont-blanaise. Après l’arrêt de vendredi soir, Jez Bragg n’était pourtant pas certain de prendre le second départ, à Courmayeur, hier matin. « Je me suis réveillé à 7 h et j’ai tranquillement mon petit-déjeuner. J’étais relax… Des amis ont commencé à m’envoyer des SMS pour me dire que la course reprenait. Je me suis finalement décidé vers 9 h pour aller au départ… »
Un départ relativement prudent puisque Jez était pointé à la 25e place au Refuge Bonatti. Ce n’est qu’à Vallorcine (18 km de l’arrivée, ndlr) que le Britannique a pris la tête, aux dépens de Julien Chorier. « Jez a alors relancé la course. Je le remercie et le félicite », confie Mike Wolfe, son premier dauphin. Dans l’aspiration, l’Américain est passé à la deuxième place. « C’était un temps parfait pour courir, poursuit l’États-unien. Heureusement, car le départ était difficile (7e à Bonatti, ndlr). J’ai très peu dormi et je n’ai appris qu’à 5 heure du matin que la course repartait… » À l’instar de Jez, Mike a repris tous les fuyards. « C’était incroyable, révèle-t-il. Aux États-Unis, que ce soit au niveau du public et des bénévoles, ce n’est qu’un quart de l’ambiance et de l’accueil que l’on peut retrouver en France ! »

C’est dans cette ambiance que Julien Chorier est arrivé quatrième. Le premier Français de cet UTMB®  version 2010 était quelque peu déçu. « L’arrêt de la course à Saint-Gervais vendredi soir fut une catastrophe pour nous, dévoilait-il. Mais ce soir (hier, samedi), le public nous rend tout… » Dans sa foulée, l’arrivée de Patrick Bohard, Antoine Guillon, Jérôme Challier, Cyril Cointre et Thomas Saint-Girons fut très symbolique puisque les cinq hommes ont passé la ligne d’arrivée main dans la main pour la cinquième place. Alors que Pascal Blanc complétait le Top 10, il était bon de noter la 12e place de Dawa Sherpa et la 14e de Vincent Delebarre, les lauréats en 2003 et 2004.

Chez les filles, Lizzy Hawker aura comme attendu dominé de la tête et des épaules la compétition féminine, s’offrant une avance confortable de plus d’une heure sur sa poursuivante immédiate, la raideuse espagnole Néréa Martinez. La Britannique signe sa 3e victoire sur la compétition.

Bruno Poirier – Photo Fred B