Trails Endurance Mag
Le fil d'actus

Twitter: ENDU_MAG

Ultra Sports Science : un fond de dotation dédié à l’ultra endurance

Ultra Sports Science

Trois médecins viennent de créer un fond de dotation – Ultra Sports Science – dédié à la médecine et à la science dans les sports d’ultra endurance.

Le fond s’adossera à l’UTMB® et organisera un troisième congrès sur la médecine et la science dans les sports d’ultra endurance (Martin Hoffman, l’un des trois fondateurs, en a déjà organisé deux à l’occasion de la Western States) du 21 au 23 août prochains en marge de l’incontournable rassemblement du trail à Chamonix.
D’autres courses se sont aussi associées à ce projet comme la 6666 d’Antoine Guillon.

Ultra Sports Science-fonds de dotationDepuis 2007, de nombreuses actions ont été menées, de la création de la commission médicale de l’UTMB® à la collaboration pour la recherche médicale internationale, en passant par la mise en place d’«Athletes For Transparency», sous l’égide de Pierre Sallet.

Ces dernières années, des études médicales ont été lancées (sur la fatigue et la récupération, le sommeil, les pathologies musculosquelettiques, l’hyponatrémie (les soucis d’hydratation), etc…).

Le fonds de dotation est l’œuvre de trois médecins : l’Américain Martin Hoffman, le premier à lancer de tels programmes de recherche lors de la Western States, donc, l’Allemand Bernd Volker Scheer et le Français Patrick Basset.

« L’ultra endurance, c’est la pratique d’un sport qui de part sa durée, son intensité ou son environnement, devient extrême pour le corps. Il peut y avoir des conséquences pour tout le corps à tous points de vue » expose en préambule Patrick Basset.

Ultra Sports Science a 3 objectifs

Trois objectifs et un caractère international

=> Récolter des fonds pour réaliser des recherches médicales internationales, dit d’intérêt public et validé par la préfecture. Il s’agit soutenir et conduire toutes actions de recherche fondamentale ou appliquée sur l’étude des problématiques de santé et pathologies spécifiques liées aux sports d’ultra-endurance dans tous les environnements et particulièrement en milieux difficiles

=> Transmettre les résultats des recherches aux sportifs, aux scientifiques, aux médecins, aux organisateurs et aux fédérations sportives. Se défaire du langage médical incompréhensible pour pléthore de coureurs. « Traduire » résume en souriant Patrick Basset. Ce sont en quelque sorte des « séances de vulgarisation pour stimuler les sportifs à se soucier de leur santé, leur apporter des éléments basés sur les observations scientifiques qui ont été faîtes, pas des éléments de commercialisation ».

=> Mise en place une politique de santé afin d’éviter les pratiques dopantes, préserver le bien-être et la santé des sportifs.

Si la fondation est internationale, c’est qu’elle se veut un « point de convergence pour qu’un certain nombre d’études se fassent », mais aussi dans un souci de pertinence accrue.

Au niveau financier, le fonds s’appuie sur l’apport personnel de ses créateurs, sur l’aide de mécènes (sans aucune contrepartie, les donateurs bénéficient simplement d’un avantage fiscal de 65% comme le stipulent les statuts juridiques des fonds de dotation) ainsi que sur le crowdfunding – une demande en préfecture vient ainsi d’être lancée récemment concernant une étude sur les crampes dans les sports d’endurance.

Par Quentin Guillon – photos Fred Bousseau

Ultra Sports Science 2016