Trails Endurance Mag
Le fil d'actus

Twitter: ENDU_MAG

Ultravasan 2014 : la Suède s’ouvre à l’ultra trail

Ultravasan 2014, 1ère édition

Samedi se déroulera la première édition d’un challenge qui s’apparente à la version estivale de la Vasaloppet.
Créée en 1922 la Vasaloppet avec ses 15 000 participants désireux de rallier le village de Sälen à la ville de Mora située 90 km plus loin est devenue la course de ski de fond (pas classique obligatoire) la plus imposante du monde.

L’an passé à l’issue de la 89e édition et sous l’impulsion de Jonas Buud, l’icône scandinave de l’ultrarunning tant sur route que dans le domaine du trail, les organisateurs ont décidé de décliner cette Classique sous la forme d’un trail – voir ICI la belle vidéo de présentation (sous titrée en Anglais).

Résidant en Dalécarlie et licencié au club local de Mora, ce suédois pur jus réminiscence d’un descendant de viking a donc pu fournir de précieux conseils au directeur de course, puisqu’il s’entraîne souvent sur le parcours enchanteur de la grand-messe de l’alternatif, parsemé de forêts, de lacs, de champs de bruyère, de myrtilles et, où il n’est pas rare de croiser des troupeaux de Rennes et des élans solitaires, sorte de « Phoenix des hôtes de ces bois »

A l’occasion de cette première, plus de 1000 coureurs sont attendus. Un effectif correspondant aux souhaits du maître d’œuvre de ce nouveau projet sportif, soucieux de démarrer prudemment, bien que coutumier de rassemblements monstrueux.

Peu technique et peu inclinée (867 Mètres D+), la voie empruntée évoque plus celle d’un 100 km, que d’un trail. De plus, les concurrents bénéficieront d’un ravitaillement tous les 5 km, où les étrangers se délecteront de la traditionnelle soupe de myrtilles.

Ainsi, les athlètes réputés rapides apparaissent avantagés par rapport aux spécialistes de circuits cassants, où il faut alterner course et marche.

Toutefois, d’autres paramètres entrent en jeu. Notamment, la météo. Dans l’hypothèse de fortes pluies, le sentier agréable risque de virer au bourbier et d’handicaper les plus rapides, mal à l’aise dans la gadoue.

Conscient qu’il importe de marquer les esprits d’entrée, les concepteurs de l’Ultravasan ont monté un plateau très compétitif. En effet, les prétendants à la victoire évolueront à une moyenne oscillant entre 16 et 16,5 km/h, eu égard à leur palmarès et à leurs références chronométriques.

Jonas Buud - Ultravasan 2014Parmi les favoris, Jonas Buud titulaire d’un record de 6h28’57’’ sur 100 km, vice champion du monde de cette discipline en 2010 et 2012, second des Comrades l’an passé et 7e cette année cheminera sur un terrain familier parfaitement mémorisé et profitera des encouragements de tout un peuple.

De surcroît ce fin stratège, souvent en retrait durant la première moitié de l’effort impressionne l’univers du trail avec 7 triomphes consécutifs au Swiss Alpine Marathon, sans oublier une seconde place en 2012 à l’UTMB.

Néanmoins, pour paraphraser cette sentence biblique : « Jonas ne risque-t-il pas de trouver plus gros poisson que lui et de finir dans le ventre de la baleine »

Il se méfiera du Britannique Steve Way, 2h15’ au marathon et 6h19’20 aux cent bornes en mai dernier au cours du championnat de Grande-Bretagne. Il n’oubliera pas non plus Thomas Lorblanchet, 4 fois vainqueurs des Templiers, Champion du monde de trail 2009, premier à Leadville en 2012, second derrière son partenaire du team Asics à Davos en 2010 et qui aura à cœur de tordre le cou au mauvais sort, qui l’a éloigné des chemins de traverse plusieurs mois, suite à une blessure.

Du côté des féminines, cela risque aussi de bombarder avec l’Anglaise Holly Rush 7e aux Comrades 2013, 2h37’42’’ sur marathon et à l’aise en trail. Par contre, il lui faudra se défaire de la Suédoise Sophia Sundberg, 12e aux Comrades cette saison, 7h53’ aux 100 km de Belvès réputés vallonnés et désormais conquise par l’outdoor, où elle excelle sur tout type de surface, excepté en haute altitude. Après, confrontée à des conditions météos cataclysmiques, l’Italienne Francesca Canepa, plus familière des 100 miles et plutôt mue par un moteur diesel surprendra peut-être.

SITE DE LA COURSE ICI

Rendez-vous samedi en fin d’après-midi sur : www.vo2.fr , www.trails-endurance.com

Et sur les réseaux sociaux. Puis fin septembre dans le numéro 238 de VO2RUN.

Christophe Rochotte