Trails Endurance Mag
Le fil d'actus

Twitter: ENDU_MAG

Un km vertical plus que centenaire ?

En 1903, le petit almanach Bugiste, titrait « Le signal en 41 minutes et 23 secondes »  avant d’expliquer : « M. Marius Santhonnax, un Nantuatien de vieille roche, aux muscles solides, comme aux jarrets exercés, a fait le 5 août dernier l’ascension du col de Buat en 41 minutes et 23 secondes. Nous pourrions le recommander comme exemple aux Bressans alanguis qui s’éreintent en faisant le tour de l’île à Bourg-en-Bresse entre deux apéritifs, mais nous aimons mieux souhaiter que le récit de ce tour de force incite les paresseux et les hésitants à marcher sur les traces du vaillant Bugiste qui a voulu honorer la Patrie et qui, en face du Mont Blanc, a hissé fièrement le drapeau aux trois couleurs en présence des témoins ».

Un bon repas à la clé
On s’en doute, à l’époque, le km vertical était loin d’être une discipline en vogue, mais cette ascension était tout simplement née d’un pari entre Marius Santhonnax et Julien Arêne, directeur de l’Abeille du Bugey : gravir le Signal en moins de 45min, un bon repas à la clé.

La trouvaille de cette pépite journalistique est à mettre au crédit du journal « Le progrès » en 1995. Et le journal de 1903 poursuit, le verbe haut et le lexique soigneusement choisi : « Comme cinq heures tintaient dans le clair matin au beffroi de la vieille église abbatiale, comme retentissait, incisive et suggestive, la sonnerie des trompettes de Michel Stroof, Marius Santhonnax s’élançait sur la route, agile et résolu, le jarret tendu, l’œil sur le sommet à conquérir […] Dans la haie du Pré Sacristain, son pas s’allonge, son bâton ferré pique dans les laves ».

Puis plus tard : « Le marcheur a escaladé le dernier couloir et quitte la voûte sombre des noirs sapins, pour la voûte lumineuse du ciel. Il a vu le sommet, où sous le manteau du firmament, claquent doucement les trois couleurs dans la brise matinale. Il ne se sent plus, il bondit, ce n’est plus un homme, c’est un chamois alerte qui pose le pied sur le roc suprême, dans la gloire d’un succès incontestable […]Et alors Santhonnax saisit le drapeau tricolore et l’agite victorieusement au dessus de la vallée » Le journaliste de l’époque ne manquant pas de conclure « Honneur à Marius Santhonnax ».

Une course en 2013…festive
110 ans après, Le CAF de Nantua va faire revivre cette ascension chronométrée du Signal des Monts d’Ain (à 1127m d’altitude) le 9 juin 2013. 650m de dénivelé positif sur 4,6km avec possibilité de choisir son parcours à 5 reprises.

Les concurrents pourront se replonger dans l’esprit de la première et marcher dans les pas de Marius Santonnax. De nombreuses animations seront mises en place. Le parcours sera ouvert aux randonneurs, une banda sera présente au départ, un sprint dans la ville sera récompensé par un beau panier garni, une autre batucada sera au sommet pour accueillir les concurrents, une démonstration de voltige aérienne se déroulera au dessus au sommet. Pour couronner le tout, le nom du premier homme et celui de la première femme ainsi que le temps de Marius seront gravés sur une plaque au sommet et les noms de tous les concurrents seront gravés au départ de l’ascension.

Quant aux bénéfices de la course, ils seront reversés en parts égales entre l’école d’escalade du CAF et les restos du cœur. Reste à savoir si la presse locale narrera de la même manière l’ascension victorieuse du prochain héros ? Renseignements sur http://defidesmontsdain.free.fr/L.Micoud (d’après un article du Progrès du 14/02/195)