Trails Endurance Mag
Le fil d'actus

Twitter: ENDU_MAG

UTAT : L. Bonnel, F. Nedelec,R. El Morabity et I. Malejonock.

L’UTAT est une invitation au voyage au cœur du Haut Atlas dans le masif du Toubkal, mais c’est aussi une course, une course difficile de haute montagne.
Le décor est planté, un départ de la station de Oukaimeden à 2 620 m puis un enchaînement de cols et de vallées entre 1 800 m et 3 500 m d’altitude en traversant des villages Berbères, des vallées sauvages et austères ou l’on retrouve essentiellement de la pierre mais aussi de la végétation autour des villages.
Des populations enthousiastes au passage des villages pour encourager les coureurs et toujours des enfants essayant de « grapiller » une barre énergétique ou un gel.
Côté course :
=> Sur le 42 km, après un départ très rapide de l’ensemble du peloton, les coureurs de la moyenne distance se sont vite retrouvés en tête à la bifurcation.
Christophe Le Saux était en tête avant l’amorce de la principale difficulté (1300 m D+) avec dans son sillage Lionel Bonnel et le Marocain Hamid Idbelleïd.
Lionel va faire parler son expérience de la montagne et du ski alpinisme pour monter droit dans la pente et réussir à prendre 10 minutes d’avance.
Au passage du col de Tizi N’Adi (2 960 m) il avait accentué son avance pour compter 13 minutes sur Christophe Le Saux et un peu plus de 20 minutes sur le coureur Berbère.
Lionel Bonnel l’emporte en 4h37min, battant le précédent record détenu par Mohamed Ahansal de 13 min, lui qui avait l’an passé « explosé » de 40 min le précédent record de Sébastien Camus.
Christophe Le Saux termine second à 13 minutes devant Hamid Idbelleïd à 26min.
La quatrième place revient à son cousin Lachen, Benoît Brechet prenant la cinquième place.
Chez les dames, Fanny Nedelec l’emporte en 6h01min devançant Sandrine Motto-Ross d’une minute, la troisième place revient à Alexandra Renaud.
Les 2 femmes ont fait une partie de la course ensemble avant que Sandrine ne prenne les commandes, mais pris dans l’euphorie à quelques kilomètres de l’arrivée, elle à fait un « tout droit » sur la piste ne voyant pas la bifurcation et laissant Fanny prendre la tête pour ne plus la quitter.
=> Sur le 105 km, les conditions de courses vont s’avérer très difficiles.
L’altitude, le vent et un terrain très techniques vont fortement altérer les organismes pour faire de cette épreuve une course d’usure.
Après l’abandon de Dawa au kilomètre 88 (Imlil) suite à des crampes et des maux de ventre, c’est le Marocain Rachid El Morabity qui a pris les commandes de la course mais très affecté par la difficulté de la course.
Il franchira la ligne à Oukaimeden, ovationné par des Marocains courant à ses côtés et par les klaxons de voitures, déjà victorieux du Marathon des Sables 2011 et crédité d’un temps de 2h20min au marathon de Casablanca en 2010.
Il aura a peine le temps de savourer sa victoire que son état de fatigue va obliger l’organisation à le prendre en charge (victime d’un malaise).
Un peu plus de 10 minutes plus tard, Cyril Cointre franchira la ligne en seconde position, très lucide et relativement « frais », une belle seconde place après celle obtenue sur le Tour de l’Oisans et des Ecrins en juillet dernier.
Le troisième sera Patrick Bohard, repartit avec 20 minutes de retard sur Cyril Cointre il va perdre plus de 1h30min sur les 18 derniers kilomètres connaissant des moments très difficiles.
Le 4ème est Omard Boudgim arrivé un peu plus de 15 minutes après, Lucas Humbert, second Jurassien termine très fatigué à la cinquième place.
Irina Malejonock, n’a pas failli à son statut de favorite, menant la course de bout en bout en terminant en 16h28min à la 6ème place du classement Scratch.
=> Place ce vendredi au 24 km, disputé soit dans le cadre du challenge avec le 42 km soit en course sèche.