Trails Endurance Mag
Le fil d'actus

Twitter: ENDU_MAG

UTMB 09 – Au sortir de la nuit…

Les nuages encombrent le ciel de Chamonix en ce début de mâtinée, laissant présager une fin de course difficile pour les concurrents de la CCC qui continuent d’arriver à Chamonix.  "Cette nuit, le brouillard était intense en altitude, on n’y voyait rien, les dalles de la montée de la Flégère étaient très glissantes, il fallait vraiment faire attention", notait l’un des concurrents à l’arrivée.

Les concurrents de l’UTMB ont pour leur part passé leur première nuit dehors. Tôt ce matin, vers 2h, Dawa Sherpa nous confirmait son abandon, à hauteur de la Balme. "Je n’avais tout simplement plus de jus, cela ne servait à rien que je continue" nous expliquait le Népalais.

Vincent Delebarre, son compagnon du team Quechua, tentait à son tour de contester la suprématie de l’Espagnol Kilian Jornet, en tête comme attendu depuis le départ donné à 18h30 de Chamonix. Mais le militaire de Gap devait finalement stopper sa progression au cours de la nuit, vers le Lac Combal.

Les conditions météo empiraient dans la nuit, avec du froid, du vent et du brouillard épais. Bonnets, gants, coupes vent étaient de sortie jusqu’au premières heures de la matinée.

Scott Jurek, la star américaine, perdait à son tour le contact avec l’Espagnol Jornet, pour laisser sa place à deux jeunes Français visiblement plein de ressources : Julien Chorier (3e l’an dernier) et Sébastien Chaigneau, qui n’avait pourtant officillement pas fait de cette épreuve un objectif majeur (tablant sa saison plutôt sur le Grand Raid de la Réunion fin octobre). Les deux "Bleus" figuraient ce matin, au niveau du col Ferret, respectivement à 37 et 45 minutes de Jornet, passé à 7 heures.

Samuel Bonaudo choissisait d’arrêter à Arnuva. Victime d’une chute cette nuit, une épaule le fait souffrir et le fait surtout compenser sur un de ses genoux. Arrêté trois fois cette nuit pour dormir, Sam ne parvenait visiblement pas à lutter contre le sommeil.

Côté féminin, Liz Hawker et Kristin Moehl sont inséparables quasi depuis le début de course. A Arnuva ce matin, la Britannique et l’Américaine étaient pointées à une minute d’intervalle, aux alentours de huit heures. A un peu moins d’une heure de ce duo, pointait Karine Herry.