Trails Endurance Mag
Le fil d'actus

Twitter: ENDU_MAG

UTMB 2017 – 3ème couronne pour François D’Haene

Au prix d’une course ultra rapide bouclée en 19h01 (avec un parcours légèrement raccourci), François d’Haene a remporté aujourd’hui à la mi-journée sa troisième couronne sur l’UTMB, égalant Kilian Jornet, 2e du jour, au nombre de victoires. Plus que jamais, le viticulteur du Beaujolais mérite son surnom de « Grand »….

Malgré des conditions très difficiles mêlant froid, brouillard, pluie et neige mêlée depuis le départ hier de Chamonix à 18h 30, les favoris de cette édition « historique » – au vu de la densité du plateau Elite – se seront livrés un combat homérique sur les 167km de la boucle proposée.

A l’heure du départ, on ne savait trop si les favoris allaient se jauger, se regarder, ou si au contraire ils allaient d’entrée se livrer et partir sur un rythme endiablé. Le premier tiers de la course donnera vite une réponse. Si Kilian Jornet prenait le temps de filmer en direct sur son téléphone les premiers kilomètres de course en toute décontraction, il allait vite ranger le portable dans le sac à dos pour suivre le rythme imposé par François d’Haene, Xavier Thévenard ou Jim Walmsley. Il fallait attendre le col du Bonhomme (km43), pour voir un premier favori, Xavier Thévenard, décrocher légèrement de la tête. Les trois autres leaders allaient continuer leur périple nocturne dans le froid et l’humidité en se tenant en quelques minutes. Les temps de passage prévus par les organisateurs explosaient littéralement sous les coups de boutoir du trio de tête.

A Courmayeur, vers 2h30 du matin, Jim Wamsley possédait 5 minutes d’avance sur le duo Jornet-Dhaene. Habitué à des départs tonitruants, l’Américain, dont c’était la première expérience sur l’épreuve, avait cette fois-ci adopté une stratégie plus sage. « On lui avait conseillé de partir plus sagement » assurait Christophe Aubonnet, son assistant du jour. « Et Jim a appliqué cette stratégie, inhabituelle pour lui ; sur les premiers ravitos, il s’est même arrêté pour attendre les autres et être moins seul dans la nuit » poursuivait C. Aubonnet. « On lui avait dit de se faire plaisir dans la nuit, et que la course commencerait vraiment au lever du jour… ».
Soit après l’ascension du Grand Col Ferret (km 102), soumis à un vent tempétueux, et à des chutes de neige qui rendaient la progression dantesque. Au sommet, Walmsley et d’Haene passaient de concert, Jornet digérant un coup de moins ressenti depuis Courmayeur. La longue descente vers la Fouly scellera néanmoins le sort de l’Américain, transi de froid, et victime de grosses ampoules. Un arrêt prolongé à La Fouly, puis un autre à Champex-Lac, et les mots de son assistant pour lui redonner le moral, et ne pas vivre un nouvel abandon comme sur la dernière Western States. « Je pense que comme certains autres coureurs américains par le passé, Jim n’aura peut-être pas assez pris en considération l’aspect « montagne » de cette épreuve, et bien appréhendé les conditions météo » analysera Christophe Aubonnet. « J’ai usé de mon expérience du raid multisport pour le remotiver. Il arrive à chacun d’être dans les tréfonds sur ce genre d’épreuve, mais on continue quand même ; quand on est mal, la solution n’est pas forcément d’arrêter… » résumera C. Aubonnet.

Devant, les visages marqués de d’Haene et Jornet n’indiquaient pas forcément une forme vraiment meilleure, mais leur plus grande expérience de la montagne et de cette épreuve les auront peut-être avantagés… Toujours est-il qu’à Trient (SUI), le quart d’heure d’avance détenu par D’Haene sur Jornet laissait entrevoir une issue favorable au coureur français. Longtemps attendu, ce duel au sommet entre les deux leaders de l’ultra-trail mondial tournait à l’avantage du Français. Lui qui aime poser son rythme de course en tête et mener la course ne se retournera jamais, et réussira son incroyable pari de mettre sous l’éteignoir un Kilian Jornet, jusqu’alors invaincu sur cette épreuve. Toujours accompagné d’une nuée de spectateurs au bord du chemin, du jamais vu à ce niveau non plus dans l’histoire de l’UTMB…

Après 19h01 et quelques secondes, D’Haene laissait exploser sa joie sur la ligne d’arrivée de la Place du Triangle de l’Amitié, où, bientôt, son empreinte de pied, comme celle de tous les vainqueurs de l’épreuve, sera figée dans le sol, à la façon du Walk of Fame de Hollywood boulevard. « C’était fabuleux. On était vraiment fatigués quand le jour s’est levé. Il a fallu relier l’arriver, et là, ça s’est compliqué. Heureusement, il y avait du monde partout sur le parcours, malgré la pluie, pour t’encourager, c’était juste incroyable… Ce n’était pas forcément une bataille contres les autres coureurs, mais plutôt contre soi. Quand j’ai attaqué la descente du grand Col Ferret, on ne voyait rien, on était gelé, on avait les jambes toutes dures, c’était très compliqué » dira le désormais triple lauréat sur la ligne d’arrivé.

Beau joueur, Kilian Jornet, qu’on n’a pas l’habitude de retrouver sur la 2e marche d’un podium, saluera la prestation de son équipier du team Salomon. « C’était une compétition très dure, qui est partie très vite d’entrée. J’ai eu un coup de moins bien à Courmayeur, j’ai essayé de conserver un écart raisonnable avec François. J’ai récupéré un peu à Champex mais pas assez pour rattraper François. C’était un super moment. Je savais que François serait mon principal adversaire, il a toujours montré beaucoup de classe et de talent sur les longues distances, et il mérite largement cette victoire » concluait Jornet, avant de donner rendez-vous à D’Haene l’an prochain pour qu’ils puissent se départager au nombre de victoires (3 chacune pour les deux athlètes désormais). Les Etats-Unis rataient encore le coche d’une victoire qui se refuse à ses coureurs depuis quinze ans à Chamonix. Tim Tollefson, toujours aussi à l’aise sur la fin de course, parvenait a se hisser sur la 3e place du podium néanmoins, devant Xavier Thévenard, malade depuis quelques jours, mais auteur lui aussi d’une belle fin de course. Il reprendra Jim Walmlsey dans le col des Montets, pour terminer cette édition au pied du podium.

Résultats UTMB 2017

Luc Beurnaux – Photos Pascal Tournaire, Franck Oddoux/UTMB et LB.