Trails Endurance Mag
Le fil d'actus

Twitter: ENDU_MAG

Western States – R. Krar sacré, T. Lorblanchet placé

L’une des courses les plus mythiques du trail-running mondial se disputait ce week-end, aux Etats Unis, entre Squaw Valley et Auburn : la Western States Endurance Run. Un 100 miles au profil descendant, mais disputé sous une chaleur torride.
Cinq Français étaient engagés cette année sur cette course comptant pour l’Ultra Trail World Tour, avec Manu Gault, Cyril Cointre, François d’Haene, Thomas Lorblanchet, Julien Chorier.
Lire ICI leurs impressions d’avant course
Le N°1 mondial de l’ultra trail 2014, François d’Haene, n’aura pu jouer qu’un temps avec la tête de course. Finalement vaincu par la chaleur, le Français a dû finir sa course en marchant, à la 14e place, après 18h12min d’effort, bien loin du vainqueur du jour et tenant  du titre, Rob Krar (vainqueur en 14h48, à deux minutes du record de l’épreuve détenu par Timothy Olson) et que l’on retrouvera au départ de l’UTMB 2015.
Thomas Lorblanchet et Julien Chorier auront été finalement les plus performants des représentants tricolores, puis que les deux hommes finissent aux 5e et 6e place, respectivement en 15h56’32 et 16h34’43.
Cyril Cointre, lui, termine à la 19e place, juste sous les 19 heures de course. Une erreur de parcours (environ 20min de perdu) et surtout un soleil implacable (vertige…) l’ont faire « rentrer dans le rang » et adopter un rythme de « sécurité » pour assurer son objectif, à savoir terminer l’épreuve.
Manu Gault, lui, a dû abandonner en cours de route, au 60Em, victime d’un tendon d’achille douloureux.

Réaction de François D’Haene

Western States 2015 - François DHaene - photo Robbie Lawless« J’ai éprouvé un très gros sentiment de déception car j’avais fait un bon début de parcours et je me sentais très bien dans la course. Puis après quelques heures j’ai essayé de relativiser et de me concentrer sur la chance que j’avais de vivre cette aventure. L’idée d’abandonner m’a passé par moments dans la tête tant les douleurs étaient présentes et fortes. Quand je commençais à cramper des dessous de pied au muscles du visage au moment de parler, je me suis dit que j’allais peut être un peu loin dans l’épuisement. Puis je me suis posé un peu, j’ai continué de marcher plus lentement en faisant même quelques passages en marche arrière dans les descentes. Mon état a fini par me faire relativiser les choses et les gens présents sur la course, la sympathie des bénévoles et le dévouement de mon assistance, m’ont toujours soutenu dans cette option. Je n’étais pas blessé et mon objectif principal restait quand même de vivre cette course jusqu’au bout. Certes le résultat n’a pas été celui que j’attendais mais j’ai essayé et ce jour-là n’était peut-être pas le mien. Je suis malgré tout déçu de ne pas avoir pu faire mieux, mais heureux de ce que j’ai vécu émotionnellement et sportivement. J’espère que cela me servira dans le futur et je remercie les gens qui m’ont soutenu et poussé tout au long de cette préparation et de cet effort. »

François D’Haene n’avait encore jamais participé à la Western States 100-Mile Endurance Run. « C’est une très belle course très conviviale du fait du nombre restreint de coureurs au départ. L’ambiance est vraiment chaleureuse et les supporters très présents sur les points de ravitaillement. Il y a beaucoup d’enseignements à retirer comme l’utilisation permanente de la glace et l’impact de la chaleur sur la vitesse en montée par exemple. C’est encore un peu tôt pour le dire mais il y a sûrement un ensemble de choses qui doivent expliquer la fin de course difficile que j’ai vécue. »

Crédit photos : Robbie Lawless