Trails Endurance Mag
Le fil d'actus

Twitter: ENDU_MAG

Comment préparer ses pieds à un effort long

Parce que vos pieds constituent la base de l’appareil locomoteur et que sans eux vous ne pourriez courir il convient d’en prendre le plus grand soin ! Discipline traumatisante, le trail soumet les pieds à rude épreuve : frottements contre la chaussure, chocs contre une pierre ou une racine, orteil qui bute contre le bout de la chaussure dans les descentes, plis de chaussettes, grains de sables, macération liée à la transpiration ou au passage en zones humides (boue, rivières, neige…) ; autant de lésions pouvant générer des « bobos » souvent gênants mais surtout douloureux. Comment faire pour protéger ses pieds et limiter leur agression ?

Nous ne sommes pas tous égaux. Certains trailers pourront courir des heures et des jours sans avoir la moindre pathologie de friction tandis que d’autres coureurs subiront des ampoules à répétition malgré avoir pris toutes les précautions nécessaires pour sauvegarder leur pieds… Le tannage existe pour réparer les injustices de la nature et permettre aux coureurs à la peau fragile de limiter le risque d’ampoules. Il s’agit d’un protocole de prévention de plus en plus pratiqué par les coureurs de fond, trailers en première ligne.

Le but est simple : durcir et renforcer le capiton plantaire afin qu’il soit plus tolérant face aux agressions que le pied subit en course (frottement, glissement, pression, macération).

 

L’ampoule : ennemi n° 1

La fameuse cloque est de loin la blessure la plus fréquente du trailer. Bien que bénigne, elle est à l’origine d’une gêne à la course pouvant se transformer en douleur sévère si elle s’étend. Certaines ampoules parcourent ainsi la moitié du pied !

Le tannage en PRATIQUE

Tout commence 2 semaines à 1 mois avant la compétition suivant la longueur de l’épreuve. Le tannage des pieds consiste alors en 2 étapes quotidiennes de quelques minutes qui permettront à vos pieds de faire face aux agressions pendant la course. Deux produits sont nécessaires :

– Un produit tannant : à base d’acide, c’est lui qui va durcir votre capiton plantaire. Plusieurs produits existent, le plus ancien utilisé est le citron (acide citrique) ; badigeonnez chacun de vos pieds avec ½ citron chaque matin. Le plus pratique est celui développé par Sports Akiléïne qui s’est depuis longtemps investi sur le terrain en travaillant avec des podologues du sport. Leur expérience terrain de pédicurie de guerre a permis la confection d’un produit tannant spécialement conçu pour le coureur : le TANO® ! Trouvé en pharmacie il est à base d’acide tartrique et remplace le Pat’dur, un produit fort efficace que certains trailers utilisaient mais qui était à la base destiné à durcir les coussinets des chiens ! Il convient de le vaporisez une fois par jour sur les zones de pied à risques, de préférence le matin, comme le citron.

 

– Un produit hydratant

Si on utilise le produit tannant seul, on risque de brûler la peau qui serait alors fragilisée ; il convient donc parallèlement à cette opération matinale de crémer vos pieds tous les soirs avec la crème anti-frottement NOK® également des Laboratoires Sports Akiléïne.  A base de beurre de karité, elle permettra d’hydrater la peau durcie par le TANO®.

 

Attention aux durillons & à l’excès de transpiration !

La fameuse corne présente sur les pieds (durillons, cors…) est le signe d’une hyperpression qui va devenir une zone d’irritation privilégiée à la course, favorisant les ampoules. Il convient donc de faire ôter ces hyperkératoses chez votre pédicure entre une semaine et 10 jours avant le jour J. Evitez les soins de dernière minute qui ne laissent pas à la peau le temps de se régénérer !

De la même manière, l’hyperhidrose (excès de transpiration) est un facteur prédisposant aux ampoules car en fragilisant la peau, il la rend plus vulnérable. Il convient alors de réguler la transpiration à l’aide d’un traitement adapté. Demandez conseil à votre podologue ou votre dermatologue.

 

L’astuce du jour-J

Avant le départ de l’épreuve, crémer sans modération vos pieds avec la NOK® ! Les premiers kilomètres seront un peu pâteux mais le fait de « mettre la dose » permettra à votre chaussette et à la semelle de la chaussure d’absorber le surplus de crème et de se comporter comme une pompe d’alimentation restituant petit à petit pendant le trail la crème à vos pieds.
Sur les épreuves d’ultras, emmenez quand même dans votre sac à dos un tube de crème pour « noker » à nouveau vos pieds en fonction des besoins…

 

Evitez les pansements !

Sauf en cas de lésion déjà existante, il est toujours conseillé d’éviter les pansements préventifs. En effet, ils sont souvent utilisés de manière abusive, mais ne sont pourtant pas les meilleurs amis du trailer. Un coin finit souvent par se décoller, notamment après un passage en zone humide ou après une descente ; il se forme alors une bouloche qui va créer un frottement localisé dans la chaussure…source d’ampoule ! Privilégiez la crème anti-frottement. Mise en quantité suffisante, elle évite l’utilisation de pansement.

 

Conclusion

Quelques minutes par jour ! C’est tout ce que vos pieds demandent pour vous épargner des douleurs additionnelles pendant l’épreuve… Une vaporisation, un passage de crème, du bon sens et surtout l’envie de « prévenir plutôt que de guérir » vous permettront de réaliser votre périple plus sereinement. Et surtout n’hésitez pas à demander conseil à votre podologue du sport, il est là pour vous guider dans cette préparation !