Actus courses Coureurs

15 238 m D+ en 24h pour R. Sophys

Partager
Poste Le 6 janvier 2020 par Fred Bousseau

15 238 m D+ en 24h pour R. Sophys 2019

Romain Sophys était encore un anonyme il y a quelques mois, mais depuis cet été il a confirmé que son record de la traversée des Vosges de Mai 2018 était loin d’être un hasard – A LIRE ICI
Depuis il a battu en août 2019 le record de Pascal Blanc sur la traversée des Alpes – A LIRE ICI

Un record officieux et non validé

Record de dénivelé positif pour Romain SophysMais l’homme au T-Shirt bleu, à la silhouette longiligne, souriant et discret derrière ses lunettes fines s’est pris au jeu des records.
Sans vouloir forcément les battre, mais une manière pour lui de partager, de se lancer des challenges et de les partager avec ses amis.
Mais il les aborde aussi avec une approche réfléchit et minutieuse afin d’optimiser sa préparation tant en amont que le jour J.
Il avait d’ailleurs contacté à plusieurs reprises Ugo Ferrari afin d’obtenir conseils et recommandations.
Un jeu plus qu’un enjeu. Loin des pressions sportives et marketing, il se prépare à sa manière avec cet état d’esprit et cette liberté, et c’est peut-être aussi pour cela qu’il couronne de succès ses entreprises…

Il vient de battre le 30 décembre 2019 le record (non officiel) de Ugo Ferrari (15 012 m en 23h33’) établit fin septembre 2019 – A LIRE ICI

Romain Sophys a réalisé 15 238 m de D+/D- en 24h00, pour une distance de 120km.
Il a fait le hamster durant le tour complet de l’horloge, répétant 323 fois une boucle de 380 m de distance présentant une déclivité de 47,20 m dans l’Argonne (Grange aux Bois) – NDLR région des Ardennes à l’Est du bassin Parisien.

Une précision altimétrique au centimètre

Même si le record à fait sourire certains sur les réseaux sociaux, l’exploit en demeure pas moins réel, malgré qu’il n’y ait rien d’officiel.
Il manque aujourd’hui une validation par un huissier d’une part, une reconnaissance fédérale et comme pour tout record un contrôle anti-dopage avant et après l’exercice.
Concernant la mesure précise du parcours et notamment le dénivelé, Romain Sophys s’est adjoint les services d’un professionel utilisant les outils et méthodes des Géomètres Experts.
Le relevé des points a été effectué avec une Station GPS Trimble Géo 7x, appareil utilisé au quotidien aux fonctions de Géomètre.
La précision de mesure est au centimétrique que ce soit en X, Y ou Z.
Afin d’avoir un résultat optimum, les points ont été relevés de la manière la plus fiable possible (maintien fixe sur un point plus de 30 secondes avec une connexion GPS sur 17 à 20 satellites).
Ce relevé terrain a été corrigé, comme le veut la méthode, en bureau d’étude avec une correction différentielle.
La précision de ce calcul est au centimètre et la valeur retenue est de 47,20 m (une valeur minorée volontaire à la décimale inférieure, la mesure précise était de 47,26 m).

Réaction de Romain Sophys : « entraide, partage et solidarité »

A année exceptionnelle, nouvel an exceptionnel ! Après l’aventure de la Traversée des Alpes et de son record, en juillet, je voulais terminer l’année de manière insolite. Et pourquoi pas tenter un « record du monde » en Argonne, chez moi. Bien sûr, faire le maximum de dénivelé en 24h, est un défi non officiel et sans valeur fédérale. Mais cette année, plusieurs coureurs se sont amusés à l’améliorer. En septembre, quand j’en parle à Ugo Ferrari, il me dit qu’il avait déjà prévu de le tenter avec sa forme post UTMB. Quand il le place à 15 012 m, je me dis que ça va être très tendu, encore plus en décembre, avec un terrain délicat et une nuit très longue. Mais ce qu’on aime c’est jouer alors jouons.

Me voilà donc dès le mois de septembre à chercher le site le plus adapté, mais quoiqu’il arrive proche de chez moi afin de permettre à tous mes amis Argonnais de m’accompagner. Le but était bien de trouver une montée très raide et d’enchainer avec une descente rapide mais pas trop pentue. Je me fixe rapidement sur un circuit. Environ 350 mètres de long et entre 45 et 50m de dénivelé selon nos montres GPS. Comme d’habitude j’ai une super équipe autour de moi (corrigé de façon précise ensuite par calculs géométriques à 47,20m).

Me voilà donc à faire environ 100 km et 7000m de dénivelé par semaine à vagabonder en forêt et à maltraiter mes bâtons et mes baskets.

« comment quelque chose d’aussi débile peut devenir aussi intense »

Lundi 30 décembre, à 10h, le soleil et le givre sont là.
Deux amis proches sont prêts à tournoyer pendant 24h et au total ce seront plus de 50 personnes qui auront participé. Les premières heures passent vite avec 5 200 m en 7h, quasiment les allures d’entrainement.
L'équipe d'assistance de R. Sophys - décembre 2019Ça ressemble presque au club Med tellement la journée est lumineuse et le soleil nous réchauffe dans les montées. L’assistance s’organise pour moi, mais aussi pour tous les accompagnateurs. Dès que la longue nuit commence l’ambiance change, la température chute sous 0°C.
C’est bien pour le terrain, mais ça complique l’assistance. Lors de ces 15 heures, plongés dans l’obscurité, les gens se relaient pour passer quelques heures avec nous. Un copain apporte même la lumière à l’assistance grâce à un groupe électrogène.
Entraide, partage et solidarité m’aident mentalement à rester sous les 5 minutes au tour et presque 8 400m sont escaladés à la mi temps.

Les sensations sont bonnes. L’alimentation qui est toujours difficile pour moi se passe assez bien malgré que tout soit glacial. Je m’obstine à ne pas tomber et à rester concentrer. Au bout de 18h j’approche des 12 000m. Le calcul est assez simple, si je reste en dessous de 5 minutes au tour, ça va le faire. Comme souvent, quand la lumière revient, le corps se réveille. Sauf que le 31 décembre, il faut patienter jusque 8h. Quel soulagement de retirer la frontale. Après un bon petit déjeuner à base de jus d’orange salé, pas mal de monde nous rejoint pour le final.
C’est « holiday one ice » sur la piste avec l’humidité du lever du jour.
Des petites douleurs apparaissent alors, mais manifestement moins qu’Ugo qui a été contraint de stopper à 23h33 ou qui a tout simplement eu pitié de moi. C’est à ce moment que je passe comme lui à 15 000m en un peu plus de 23h30.
Il me restait donc 25 minutes pour profiter de quelques tours avec les copains présents.

Au final presque 323 tours pour 15 238m de D+
En bref, une bonne dernière sortie annuelle où comment quelque chose d’aussi débile peut devenir aussi intense.
Merci à Benoit, Christophe et Ugo d’avoir ouvert la voie en 2019. J’espère que l’histoire va continuer.

HISTORIQUE DU « RECORD »

• Romain Sophys (FR) – 30 & 31 décembre 2019 / 15 238 m D+/D-, 323 A/R en 24h00’
• Ugo Ferrari (FR) – 28 & 29 septembre 2019 / 15 012 m D+/D-, 36 A/R en 23h33’ : A LIRE ICI
• Christophe Nonorgue (SUI) – 18 & 19 mai 2019 / 13 659 m de D+ / D-, 35 A/R en 23h50 : A LIRE ICI
• Benoit Girondel (FR) – 27 & 28 février 2019 / 12 870 m de D+/D-, 22 A/R en 22h55’ : A LIRE ICI

En Juillet et en août, ce sont respectivement Fernando Cancelo en Espagne et Jeff Cauchon au Québec qui ont respectivement réalisé 13 000 m et 13 315 m de D+/ D- en 24h.

Par Fred Bousseau – ©photos Alexis Bouzin

15 238 m D+ en 24h pour R. Sophys-décembre 2019

 

X