Actus courses

Le point sur la SaintéLyon 2019

Partager
Poste Le 2 octobre 2019 par Luc Beurnaux

Après une édition 2018 dantesque, sous la pluie et dans la boue, quels seront le décor et l’ambiance de la SaintéLyon 2019 prévue les 30 novembre et 1er décembre prochains ? Neige, froid intense, brouillard, douceur, terrain sec… ? Bientôt 66 SaintéLyon et pas une seule édition qui ne ressemble à la précédente !

Pour le reste, la plus ancienne et la plus grande classique de la course nature française garde les mêmes ingrédients qui en ont faut une aventure humaine mythique, à vivre et à revivre : 17 000 coureurs maximum répartis sur 5 formules solo et 3 formules relais, des conditions hivernales et nocturnes souvent difficiles, la féerie d’un ruban de frontales ininterrompu entre deux grandes métropoles, le salon du Trail Running, un immense succès populaire et une ambiance décidément à part.

A deux mois du départ, 12 000 dossards ont déjà trouvé preneurs. Dont 350 (et pas un de plus de délivré) sur la nouvelle épreuve, la LyonSaintéLyon. Beau succès pour la première édition de ce défi de 152 km, initié en off en 2003 par quelques pionniers dont Michel Poletti, organisateur du l’UTMB. Comme c’est le cas pour tous les ultras, on note une surreprésentation masculine sur cette formule avec 94% d’hommes et, c’est un début, 10 coureurs étrangers (Etats-Unis, Allemagne, Espagne, Suisse, Pays-Bas, Philippines). Le départ de la LyonSaintéLyon le 30 novembre à 9h30 au cœur de la Halle Tony Garnier.

 

25% de chemins inédits !

Sur l’ensemble du parcours de 76 km de cette Saintélyon 2019, vous allez fouler près de 19 km de nouvelles portions natures, jamais empruntées par la doyenne. Entre Sorbiers et Sainte-Catherine et surtout en Sainte-Catherine et Lyon, tous les parcours et les relais sont impactés par ces changements, y compris les 23 km de la SaintéSprint. Parmi les changements notables, les coureurs feront l’impasse cette année sur la terrible montée du Rampeau et le passage au Signal de Saint-André.

Du km 9 au km 14,5, vous prendrez 350 m de D+. Ça grimpe et vous serez bien avisé de partir prudemment. Après Sorbiers, cette nouvelle trace débute par une grimpée jusqu’au village de Maubeu, puis un sentier relativement plat vous fera cheminer entre les pâtures avant une descente de 200m renforcée par endroit avec des gravats pour les véhicules agricoles (attention aux chevilles !) Il faudra ensuite grimper de nouveau sur différents terrains (pistes forestières ou sentiers rocailleux) pour rejoindre la Route de Sorbiers. A chaque portion à découvert hors des bois, vous apercevez dans la vallée les lumières de la ville de Saint-Chamond.

Le parcours de la Saintélyon traversera cette année trois fois le cours d’eau du Garon dans les 20 derniers kilomètres. Pour l’une de ces traversées, près du moulin Chalamel, entre les communes de Soucieu-en-Jarrest et Messimy, si le sentier existe, l’ancienne passerelle est écroulée depuis un bon moment, L’été, pas de problème pour les coureurs ou les vététistes qui connaissent bien ce passage et n’hésitent pas à se mouiller les pieds ou les roues avant une belle petite remontée au milieu des vergers. Mais l’hiver, quand le Garon coule à plein, la traversée est plus complexe voire impossible. Mais rien arrête la Saintélyon. Les organisateurs vont installer une passerelle métallique éphémère pour le passage des coureurs. D’une longueur de 7 mètres et d’une largeur de 1m70, l’ouvrage sera installé 5 jours seulement avant le passage de la course et démonté le lendemain.

Restez connectés pour connaître les dates des différentes recos officielles !

www.saintelyon.com

Photo Gilles Reboisson

X