Actus courses

L’échappée Belle 2020 réunit son plus beau plateau

Partager
Poste Le 19 août 2020 par Fred Bousseau

Echappee Belle 2020 - Seb Chaigneau

Pour sa 8ème édition, l’Echappée Belle remplit d’ores-et-déjà deux beaux objectifs : réussir le pari d’organiser l’épreuve avec les contraintes sanitaires, mais aussi de réunir un plateau avec une densité qu’elle n’avait pas encore connue jusqu’à présent.
Profitant de l’annulation de ces principaux concurrents lors de cette période et notamment le mastodonte UTMB, beaucoup de coureurs et coureuses se sont rabattus sur l’Echappée Belle mais pas que, car cette dernière fascine et intrigue, et nombreux(ses) sont ceux et celles à vouloir tenter de la défier. 

l’un des ultras les plus durs de France

D’année en années, l’événement ne cesse de faire des émules et connaît la consécration l’an dernier avec la présence de François D’Haene venu établir un chrono de référence stratosphérique de 23h55 reléguant son dauphin Rémi Berchet à plus de 5h (29h04).

Echappee BelleCette année, pas de François ni de grosses têtes d’affiches qui se démarquent mais un plateau avec une densité qui en fait l’ultra le plus attrayant depuis le retour à l’ordre du jour des compétitions.

Connu pour sa difficulté et son parcours impressionnant de 149km et 11400D+ , l’échappée belle est surtout connu pour le massif qu’elle traverse: le massif de Belledonne. Une chaîne de montagnes où le caillou et la grosse caillasse sont rois et reines.

Maxime Gauduin, prétendant à un top 5 et dont le massif est son terrain de jeu favori nous parle des quelques pièges à éviter : “Il faudra bien gérer la première partie avec la descente de la croix de Belledonne vers le refuge Jean Collet, ne pas trop se laisser emporter car elle est très cassante et suivie par une montée bien raide vers le col de la mine de fer que beaucoup feront sous le cagnard. Pour moi, la vraie difficulté de cet ultra, ce ne sont pas les montées mais bel et biens les descentes et notamment la descente du Morétan qui sera, selon moi, le juge de paix de la course ».

Sébastien Chaigneau, parrain de l’édition 2020, qui s’est frotté sans succès à la bête l’an dernier (abandon) insiste sur la technicité de la première partie de course jusqu’au Pleynet : “une partie ultra technique où il faudra rester concentré, ne surtout pas s’emballer et garder beaucoup de jus sous la chaussure pour une fois au Pleynet finir correctement les kilomètres restants”

Difficile de sortir un ou plusieurs grands favoris sur cette course, une belle densité de coureurs qui liasse présager une belle bataille. Difficile de sortir un vainqueur, seul l’expérience et la connaissance de ce terrain technique pourra en avantager certains.

Coté messieurs, on notera la présence de Petter Restorp (4ème 90km du Mont-Blanc – 840 ITRA), Martin Kern (FORFAIT – blessé genou – 5ème Diagonale des Fous 2019 – 826 ITRA), Arthur Joyeux-Bouillon (9ème MIUT 2019 – 828 ITRA), Sébastien Chaigneau (8ème du Lavaredo en 2017 – 827 ITRA), Benoit Chauvet (8ème de La Saintelyon 2019, 825 ITRA), Stéphane Eveque-Mourroux (2ème Ultra Tour du Beaufortain 2019 – 817 ITRA), Jean-Marie Thévenard (6ème 90km du Mont-Blanc 2019 – 812 ITRA), Ugo Ferrari (4ème UTCT 2019 – 804 ITRA), Aubin Ferrari (7ème 90km du Mont-Blanc 2018 – 803 ITRA), Sangé Sherpa (1er MXtreme 2018 – 807 ITRA), Maxime Gauduin (vainqueur chartreuse backyard Ultra 2019 – 760 ITRA) mais aussi Cédric Chavet (5ème de la MXtreme 2020 – 803 ITRA), Renaud Rouanet (8ème de l’Oisans Trail Tour 2020 – 785 ITRA) ou encore Luca Pappi (787 ITRA), l’éternel ultra-baroudeur habitué des longs raids difficiles.

Côté dames, on notera la présence de Juliette Blanchet (7ème MXtreme 2020 – 689 ITRA), Daphné Nadoulek (vainqueur de l’Oisans Trail Tour 2020 – 613 ITRA), Patrizia Pensa (2ème de l’Intégrale 2019 – 605 ITRA), Jennifer Lemoine (3ème endurance trail des Templiers 2018 – 655 ITRA), Céline Finas (11ème 90km du Mont-Blanc 2019 – 633 ITRA) ou encore la tchèque Marcela Rambova (18ème MIUT 2019 – 612 ITRA).

A noter aussi que les autres formats de la course ne sont pas en reste en ce qui concerne la présence d’athlètes de très bon niveau. Seront présent(e)s sur le 87km (traversée Nord) un plateau international avec Mimmi Kotka (SUE), Hillary Allen (USA), Laura Besseghini (ITA) et Estelle Patou (FRA) chez les dames ainsi que Edouard Laudier (vainqueur du 62km l’an dernier), Sébastien Gérard, Hannes Namberger (ALL) et le breton Jean-Adrien Michel.

Sur le 62km (parcours des Crêtes, raccourcis à 57km), seront présent(e)s Caroline Chaverot (Forfait), Anna Comet, 4ème de l’OCC 2019 est la grande favorite, Julie Roux et Marie Dohin chez les femmes pourraient prétendre à un podium.
Ches les hommes à suivre Jordi Gamito (ESP), Sylvain Court (vainqueur de l’épreuve en 2018), Benjamin Roubiol chez les hommes et le jeune Lilian Gugliero qui pourrait créer la surprise.

Grand départ pour l’Intégrale à 4h du matin depuis Vizille !
Une arrivée attendue à Aiguebelle après environ 26h de course.
Une course à suivre ICI

Par Alexandre Violle. 

Lacs Robert - Echappee Belle

X