Actus courses Coureurs

{OCC} – B. L’Hirondel « je suis Madame tout le monde »

Partage

Elle n’est sans doute pas la plus connue sur les réseaux sociaux, mais Blandine L’Hirondel est une personne attachante qui affiche un fort capital sympathie auprès des pratiquant(e)s qui la suivent.La jeune femme de 30 ans, diplômée de médecine en début d’année arrive à concilier sa vie professionnelle, sa vie privée et sa vie sportive….un

Elle n’est sans doute pas la plus connue sur les réseaux sociaux, mais Blandine L’Hirondel est une personne attachante qui affiche un fort capital sympathie auprès des pratiquant(e)s qui la suivent.
La jeune femme de 30 ans, diplômée de médecine en début d’année arrive à concilier sa vie professionnelle, sa vie privée et sa vie sportive….un exemple.
C’est dans le cadre de la rubrique « Dans la foulée de… » que je suis allé trottiner avec la Championne du Monde et Championne de France de Trail 2019, sur les contreforts des Aravis, face au Mont-Blanc, à une semaine du départ de l’OCC.

Le rendez-vous était donné au-dessus de Sallanches, après un footing matinal d’environ 1h qu’elle avait à son plan d’entraînement concocté par Philippe Propage. Elle avait « quartier libre » pour découvrir la région où elle a décidé avec son compagnon Mathieu de venir passer ses vacances.

« montrer que l’on peut concilier 3 vies »

La montagne c’est une découverte pour la native de Normandie qui était « plus habituée à pratiquer la planche à voile, la voile et la pêche ». Ce n’est d’ailleurs pas son terrain de jeu naturel, elle reconnait humblement « je ne suis pas une montagnarde, je suis venu à Chamonix pour la première fois de ma vie en Juillet 2021 pour le marathon du Mont-Blanc » mais elle ajoute avec le sourire au fil du dénivelé qui dévoile le paysage « ça reste un vrai plaisir d’être ici, de profiter de ces paysages et de ces panoramas ».

Mais Blandine ne s’arrête pas là sur ses découvertes de la vie, du sport et des émotions qu’elle vit depuis plus de 2 ans. Elle partage sa vie avec Mathieu, un épicurien, infirmier / anesthésiste de profession, passionné de sport, et d’œnologie et c’est aussi ça la vie de la Gynécologue / obstétricienne qui trouve son équilibre entre sa vie professionnelle et sa vie privée, mais ne se voit pas « faire que du sport ».

« L’année 2021 a été difficile mentalement, j’ai terminé ma thèse, nous avons changé de région et j’ai pris un nouveau poste à l’hôpital », et elle précise, « la semaine avant mes vacances, j’ai travaillé 106 h, je m’entraine environ 10 h par semaine » et d’ajouter « je suis Madame tout le monde ».

Nous continuons de monter, les framboises sauvages jonchent le sentier. Lorsque l’on aborde le volet sportif elle est toujours presque gênée que l’on évoque son titre de Championne du Monde ; « chez moi personne ne fait de sport, j’ai commencé à courir en 2016 à la Réunion et en 2017 je faisais le trail du Bourbon ». « Lorsque j’ai obtenu ce titre en 2019, certains de mes amis m’ont même envoyé des messages en me disant « ah, mais tu cours !!! » ».
Blandine arrive à tout concilier, mais elle ne fait pas du sport et surtout du haut niveau pour la reconnaissance, « je cours pour le plaisir, pour les amis et ma famille, finir une course est une satisfaction et une fierté que j’aime transmettre à mes proches » et à plusieurs reprises elle insiste sur cette image qu’elle veut aussi donner de la femme qu’elle est et montrer « que l’on peut concilier 3 vies ».

« devenir maman et profiter de ma famille »

En 2019, les victoires s’enchainent, elle se découvre physiologiques et se voit submergé d’émotions ; « des émotions inattendues que je ne soupçonnais pas car je n’en avais même pas rêvé, c’était incroyable » précise-t-elle.
Mais aussi un statut de championne et de favorite sur les épreuves qu’elle a parfois du mal accepter «Aujourd’hui on m’attend plus, je me demande des fois ce que je fais au milieu des élites et je me sens plus proches des coureurs du cœur du peloton ».

Devenir professionnelle ne lui a jamais effleuré l’esprit, elle veut rester libre dans sa pratique, « certaines filles sont pros, je ne me vois pas faire que ça, n’être tournée que vers sa saison et ses entrainements. J’envisage plus ma vie en Lozère, devenir maman et profiter de ma famille, je me sens heureuse et épanoui ainsi ».

Certes elle a découvert la course à pied sur le tard et se voit déjà presque en fin de carrière à 30 ans avec d’autres objectifs mais elle a aussi pu profiter de la vie entre 18 et 25 ans où elle avoue « j’étais une fétarde, je ne voulais surtout pas rater les soirées ».

Blandine avoue toujours courir avec l’objectif de prendre du plaisir, mais aussi d’en offrir autant aux gens qui la suivent, elle sera au départ de l’OCC 2021 avec ce statut de favorite pour peut-être ajouter une ligne à son palmarès.

Encore quelques belles pages à écrire dans ces prochains mois avant que la vie ne la conduise vers d’autres bonheurs….qu’elle ne soupçonne peut-être pas encore.

Par Fred Bousseau – ©Fred Bousseau

A LIRE AUSSI

UTMB® 2017, dans la foulée de François D’Haene
UTMB® 2017, Dans la foulée de Caroline Chaverot
UTMB® 2017, Dans la foulée de Jim Walmsley
Dans la foulée de Ludo Collet
Dans la foulée de Ruth Croft

Poste Le 24 août 2021 par Fred Bousseau
X