A la une Actus courses

Triplé Italien au Nid d’Aigle

Partage

Ce week-end prenait place au départ du Fayet sur la commune de Saint-Gervais la 34ème édition de la montée du Nid d’Aigle. Une course atypique aussi bien par son ancienneté que par son lieu d’arrivée à 2 390m d’altitude, au pied du Mont-Blanc et désormais par son nouveau statut de manche de coupe du monde

Ce week-end prenait place au départ du Fayet sur la commune de Saint-Gervais la 34ème édition de la montée du Nid d’Aigle. Une course atypique aussi bien par son ancienneté que par son lieu d’arrivée à 2 390m d’altitude, au pied du Mont-Blanc et désormais par son nouveau statut de manche de coupe du monde de course en montagne.

Triplé italien ou la razzia azzurri  

L’Italie, pays pour qui la course en montagne dispose de lettres de noblesse comme nul par ailleurs avait décidé d’envoyer 3 de ses chevaliers servants dans le Val Montjoie. Le premier des trois à franchir la ligne d’arrivée n’est autre que Xavier Chevrier champion d’Europe 2017 de la discipline qui avec son chrono affolant d’1h44’25” s’est même offert le record masculin de l’épreuve, détenu jusqu’alors par Emmanuel Meyssat, une autre grande figure de la course en montagne, en 1h47’49”. Son dauphin, Francesco Puppi, vice-champion du monde de course en montagne longue distance en 2019, collé aux baskets de Xavier pendant les deux tiers de la course n’était pas en mesure de le suivre sur la dernière partie du parcours très exigeante avec ses 500m de dénivelé positif dans les 2 derniers kilomètres. Francesco termine le parcours en 1h45’49” devant celui qui impressionne lorsque ça grimpe fort, le spécialiste du kilomètre vertical et double vainqueur à Fully, Henri Aymonod, troisième en 1h56’44”. 

Le capitaine fidèle au poste, la jeunesse en embuscade 

Fort de ses 31 caps en équipe de France (toutes disciplines confondues), Julien Rancon, le capitaine de route de l’équipe de France de course en montagne, le “papy” comme l’appelle très affectueusement la nouvelle génération, démontre une nouvelle fois qu’il est encore l’un des tous meilleurs de la discipline. Mélanger longévité, talent, travail, passion, transmission et vous obtenez un Julien Rancon, qui au-delà de son nombre impressionnant de sélections, possède pas moins de 17 médailles internationales (1). On appelle ça un grand monsieur. 

Outre le trio italien un cran au-dessus, personne (ou presque) n’était en mesure de suivre Julien qui se classe 4ème en 1h48’43”, tout proche du désormais ancien record masculin de l’épreuve, réalisé par son compère Manu Meyssat en 2017. Cette même année où l’équipe de France masculine avait d’ailleurs été sacrée championne d’Europe par équipe (2). 

Ou presque car à quelques encablures se trouvent l’un de celui qui représente l’avenir de la discipline, Rémi Lonchampt, 21 ans, 5ème en 1h50’18” qui réalise selon ses dires “la plus grosse course depuis que je cours et je pense que je vais mettre du temps à m’en remettre”. Il paraîtrait même qu’un certain Julien Rancon serait son entraîneur. 

Les françaises tiennent leur rang

À défaut de podium chez les messieurs, Christelle Dewalle et Anais Sabrié ont fait briller le bleu, le blanc et le rouge. Même si l’immense favorite kényane, double championne du monde de la discipline et vainqueur de Sierre Zinal, Lucy Wambui Murigi est venue remportée une nouvelle victoire de prestige en 2h06’07”, à seulement 1s du record féminin de l’épreuve détenu par Isabelle Guillot (3), nos françaises ont fait parler la foudre et ceux, malgré la délégation d’autres coureuses étrangères venus tenter de remettre en cause les reines du monde de la discipline.

Effectivement, les 4 membres de l’équipe de France de course en montagne championne du monde par équipe en 2019 font course commune dans le top 10 avec 4 athlètes dans les 6 premières. 

Christel Dewalle, 10 fois championne de France (4), qui grâce à la dernière portion très raide du parcours est venue coiffer au poteau, Anais Sabrié, deuxième durant la quasi totalité de la course. Christelle échoue à 20 petites secondes seulement de la vainqueure du jour et termine 2ème en 2h06’27”. Anais, forte de son podium, déjà, la semaine dernière sur le marathon du mont-blanc s’empare de la 3ème place en 2h07’34”. Mathilde Sagnes, après sa désillusion sur le Trail des Passerelles du Monteynard une semaine plus tôt, prend une très belle 4ème place en 2h08’37”. Elise Poncet, qui avait été le fer de lance de l’équipe en Argentine en 2019 puisqu’elle avait pris une incroyable 2ème place, se classe 6ème en 2h12’47”, émoussée mais heureuse. 

On retiendra aussi de la course féminine une densité qui fait énormément plaisir à suivre et que l’on voit malheureusement (trop) rarement. 

Mais au-delà de faire briller une nation, cette montée du Nid D’aigle n’aura fait que renforcer l’amour que portent les athlètes et les spectateurs.trices présent.es ce samedi pour la course en montagne. 

Résultats Montée du Nid D’Aigle 2021

L’hommage du vainqueur

Nombreuses ont été les éloges dès la ligne d’arrivée franchie. Celles que l’on a envie de retenir sont celles du vainqueur italien, Xavier Chevrier, cador de l’équipe italienne de course en montagne qui n’a pas manqué de souligner la beauté du lieu ainsi que la qualité de l’organisation : “c’était une course formidable. Je suis très content de gagner ici et d’avoir honorer l’invitation de mon amie Elise Poncet”. Des louanges qui vont droit au cœur de l’athlète et désormais organisatrice Elise Poncet, chargée du développement du sport sur la commune de Saint-Gervais, qui a travaillé durant de long mois pour réussir à faire briller sur la scène internationale cette grande classique de la course en montagne. 

Et la suite ? 

Autre mythe de la course en montagne, la célèbre “course des cinq 4000”, Sierre Zinal va prendre place dans le Valais suisse dans un peu moins de 3 semaines. L’occasion pour l’immense majorité des athlètes cité.es ci-dessus de se retrouver et de se livrer une bataille acharnée. Une sorte de championnat du monde avant l’heure. Si tant est que l’heure arrive (5).

Par Alexandre Violle – © Facebok organisation 

(1) Julien Rancon a obtenu 10 médailles en championnat d’Europe de course en montagne, 3 en championnat du monde et 4 en championnat du monde de trail dont 2 médailles individuelles.

(2) L’équipe de France était composée d’Emmanuel Meyssat (4ème), Julien Rancon (8ème), Fabien Demure (9ème) et Didier Zago. 

(3) Isabelle Guillot a été 4 fois championne du monde de la discipline et a remporté 6 fois la course.

(4) Christel Dewalle a obtenu 4 titres de championne de France de KV, 2 titres en trail et 4 titres en course en montagne.

(5) Les championnats du monde de trail et de course en montagne sont censés avoir lieu du 11 au 14 novembre en Thaïlande. 

Poste Le 20 juillet 2021 par Fred Bousseau
X