Coureurs

Des nouvelles de T. Chalandre, la vie continue…

Partager
Poste Le 13 mai 2019 par Fred Bousseau

Thierry Chalandre - 100 miles of Istria 2019

Vous vous souvenez sans doute de ce récit poignant et sincère de Thierry Chalandre publié en début d’année 2019 sur ce site.
Thierry Chalandre, UTMB en 2016, cancer en 2017….à nouveau finisher en 2018
Il relatait sa lutte contre un cancer en 2017 et l’activité sportive possible d’un sportif.
Loin d’être une vérité ou la meilleure recette pour combattre la maladie, ce témoignage était une onde positive pour ceux qui traversent ou auraient à traverser ce genre d’épreuve.
Ancien sportif de haut niveau en aviron, adepte de la préparation mentale et physique, il racontait les 3 phases de la maladie (avant, pendant et après) et comment le trail l’a accompagné pendant cette période.

Thierry Chalandre accompagné de son ami Olivier Guyot vient de terminer il y a 1 mois le 100 miles of Istria, une épreuve de l’Ultra Trail World Tour, le premier défi du projet « Cordées de Trail »

Récit d’une aventure pour une bonne et belle cause

Thierry Chalandre 2019Vendredi 12 avril, 22h, départ de la « Blue Race » de 110km et 4 400m de dénivelé positif, course de l’Ultra-trail World Tour qui traverse l’Istrie de Lovran à Umag. Nous sommes sur la ligne de départ, juste derrière les coureurs élite… et let’s GO!

Ça grimpe immédiatement, 1 400m de dénivelé positif sur les 8 premiers kilomètres pour nous emmener au sommet du Mont Ucka. L’intensité de l’effort est élevée et la température corporelle grimpe rapidement. Pourtant, c’est le froid qui nous attend pour cette longue nuit en montagne : sur tous les sommets, on va retrouver au sol de la neige (entre 10 et 20 cm), beaucoup de vent, une pluie/neige et dans les sous-bois un brouillard humide. Les sentiers sont donc glissants et les appuis difficiles. Dans ces conditions, il faut avancer le plus vite possible pour se réchauffer car la température ressentie est négative. Nous enchainons les montées et descentes techniques dans la nuit en réduisant au maximum le temps des arrêts aux différents ravitaillements nocturnes : Poklon, Brgudac et Tristenik.

Le « plus jamais ça ! » ne va durer qu’un instant !

Nous arrivons au petit jour à Buzet, après 60km de course. Une pause plus longue est nécessaire et nous repartons avec les encouragements de notre assistance. Le plus gros du dénivelé (3000m) est passé, mais il va falloir maintenant gérer les douleurs et la fatigue de l’organisme. Le mental va devoir prendre le dessus sur le corps qui dit stop. Les 30km suivants sont une succession de petites montées et descentes où l’on découvre enfin les paysages sous le soleil. Il faut savoir profiter et écouter son corps pour relancer dès que l’on peut. L’assistance est un grand réconfort, mais il faut s’en tenir au minimum pour ne pas être tenté de rester plus longtemps.

Nous avions convenu initialement de faire chacun sa course, car dans ce genre d’épreuves il est important de trouver son propre rythme et de le garder. Pourtant, nous allons nous retrouver régulièrement sur le parcours et faire de longues portions ensemble ce qui sera un vrai plus pour nos souvenirs communs.

En début d’après-midi, nous arrivons sur Groznjan. Il reste 20km de légère descente et de plat interminable pour arriver à l’arrivée. Le corps souffre, le corps hurle, mais la tête ordonne de courir. Il faut avancer pour se rapprocher de la fin, pas d’échappatoire, on va chercher au fond de soi-même, on occupe l’esprit pour oublier les douleurs et la fatigue… et toujours dès que les temps de marche deviennent trop importants, on ordonne : COURS ! … UMAG est enfin là, on sent le bitume, on voit l’arche d’arrivée et on profite !

Thierry Chalandre et Olivier Guyot17h48 pour l’un, 18h04 pour l’autre. Thierry prendra la 92ème place et Olivier la 104ème au classement scratch sur 311 trailers classés (3éme et 4ème français de cette course internationale). Il y aura eu en tout 66 abandons !
Le dernier concurrent finira lui en 29h ce parcours.

On sait déjà que le « plus jamais ça ! » ne va durer qu’un instant, car après quelques heures et les jours suivants tout ce que l’on aura vécu d’émotions condensées va ressortir positivement. L’ultra-trail, c’est ça : se mettre volontairement dans des conditions extrêmes pour le corps et l’esprit, aller au fond de soi et quand les limites semblent atteintes, se dire que ça marche encore. Une fois la ligne d’arrivée franchie, on vient de se prouver que tout est possible. Les jours suivants, cette sensation que notre symbiose corps-esprit est vraiment merveilleuse est un booster positif pour notre vie générale.

Thierry Chalandre : « il y a un an, je sortais de chimiothérapie (lymphome de Hodgkin) et ne pouvais pas courir plus d’un kilomètre sans m’arrêter. Que de chemin parcouru depuis l’été dernier où j’ai repris la randonnée, depuis le premier trail effectué en octobre (75km effectué en 14h47), et depuis la reprise d’un entrainement sérieux en novembre. Tout en devant gérer les douleurs post-chimio, j’aurais fait une préparation optimale en réussissant à m’entrainer 4 à 5 fois par semaine sur des cycles de 3 semaines depuis janvier. La course en Istrie aura été parfaite avec mes capacités et moyens actuels ».

Concernant le projet Cordées de Trail, l’objectif est de trouver 20 000 euros pour les enfants en rémission de cancer, il reste moins de 30 jours et encore 2 000 euros à trouver pour alimenter la cagnotte et les aider à relever le défi suivant : La Diagonale des Fous sur l’île de La Réunion, soit 166km de course avec un dénivelé positif de 10 000m.
Merci d’en parler autour de vous et de venir sur le site.
POUR PARTICIPER AU PROJET

LE SITE CORDÉE DE TRAIL

Vous pouvez aussi les aider avec un don au nom de La Cordée Bretonne (déductible d’impôts) en venant sur le site :

Thierry Chalandre - 100 miles of Istria

X