Coureurs

La vision des espoirs du trail : « trouver une autre source de motivation »

Partager
Poste Le 11 mai 2021 par Fred Bousseau

Vision des espoirs français du trail

Après de nombreux mois d’arrêt, les compétitions vont reprendre. Bien que de nombreuses questions restent en suspens, les coureurs vivent une renaissance. Pour certains, c’est comme si une nouvelle vie débutait. Alors nous avons choisi d’aller voir ceux qui débutaient la leur : les espoirs du trail ; avec Sylvain Cachard (team Hoka), Lucille Germain (Team Matryx),héo Détienne (Team Salomon) et Baptiste Fourmont (Team espoirs Buff France – Hoka) qui vient de s’imposer en Italie sur un 20 km (2 100 m D+)

Sylvain Cachard - Team HokaNous n’allons pas refaire un historique, mais tout a débuté en mars dernier avec l’annonce du premier confinement et l’annulation des compétition. Certains l’ont facilement abordé comme Théo Détienne « il a fallu s’adapter et apprendre à faire sans, ce n’est pas une fin en soi », mais pour d’autre cela semble avoir été plus difficile. Sylvain Cachard a avoué que « Au début, ça a été vraiment dur à encaisser : du jour au lendemain, les compétitions sont toutes annulées… », et « L’enchainement des annulations a été dur mentalement », comme le confirme Lucille Germain.

Pour autant, ils ont profité cette période pour en faire bénéficier l’entraînement. Baptise Fourmont revient sur cette période, « d’un point de vue de l’entrainement ceci m’a beaucoup apporté car c’était le moment parfait pour faire de la préparation générale qui est très importante sur le long terme ». Idem pour Lucille Germain « cela nous a permis de travailler autres choses comme par exemple la force sur le home trainer » qui a d’ailleurs très bien résumé le travail fait par de nombreux coureurs : « Nous nous sommes servis de cette période pour travailler d’autres paramètres et qualités physiques ».

« Depuis la crise sanitaire j’ai essayé de mettre en place de nouvelles choses » B. Fourmont

En débutant l’année 2021, le signe du renouveau était déjà dans l’esprit de Sylvain Cachard « J’avais beaucoup d’espoir pour 2021 en pensant qu’une première année COVID nous aurait préparé à organiser des courses dans de bonnes conditions, sportives et sanitaires. Malheureusement les choses ne se passent pour le moment pas de cette manière ».
Lucille Germain - Team MatryxCertaines courses ont tout de même eu lieu et il n’a pas loupé ces occasions. Il a par exemple pris part au Trail de la cité de Pierres réservé aux élites le 27 mars dernier : « Un peu long et un peu tôt pour un début de saison, mais j’avais vraiment besoin de me confronter aux autres coureurs pour voir où j’en étais. Cela m’a permis de repartir à l’entraînement un peu plus serein en étant conscient de mes forces et de mes faiblesses. ». La bout du tunnel semble en néanmoins arriver « la reprise semble pouvoir se faire prochainement et j’espère que nous pourrons tous courir cet été et partager des bons moments » comme nous a confié Théo Détienne.

Cette période n’a pour autant pas modifié leur vision du trail à l’image des mots de Lucille Germain : « j’aime courir et cela restera toujours ma plus grande passion. Cette épidémie peut nous empêcher de faire des compétitions mais ne nous empêchera pas d’aller gambader en montagne ».

Néanmoins, ils en ressortent grandi, cette période a profondément modifié la vision qu’ils avaient sur leur propre pratique. Baptise Fourmont nous a par exemple confié que « Depuis la crise sanitaire j’ai essayé de mettre en place de nouvelles choses dans mon quotidien pour « professionnaliser » ma démarche sportive. Baptiste Fourmont - Team Buuf:HOKA @JustinGalantJ’ai lu des livres sur des sportifs comme Kilian Jornet, Martin Fourcade, Kevin Mayer, Alex Honnold… qui m’ont permis de prendre du recul sur ma pratique, m’interroger en fonction de ces visions différentes du sport et au final m’aider à avoir ma propre vision du sport de haut niveau. Sur le plan mental la lecture de ces livres est très intéressante. Par ailleurs j’ai commencé à m’instruire sur la physiologie du coureur et les méthodes d’entrainement afin de comprendre l’objectif de chaque séance que mon entraineur me donne mais surtout de bien les réaliser. Pour citer un dernier exemple, j’ai énormément progressé en descente la saison dernière, et c’est surement en partie dû au fait que j’ai fait plus de renforcement musculaire depuis la crise sanitaire car j’avais plus le temps qu’avant. Le gainage fait maintenant partie de mon quotidien ».

Sylvain Cachard a, quant à lui, appris à transférer sa motivation « Cette période m’a permis de me rendre compte à quel point les compétitions devaient rester secondaires (…) Je ne peux, définitivement, plus trouver de motivation sûre dans la prochaine compétition, alors j’ai dû faire un gros travail pour trouver une autre source de motivation indépendante de la tenue ou non des compétitions (…) Paradoxalement, c’est quand je suis dans cet état d’esprit que je suis le plus performant ».

Enfin pour Théo Détienne, l’adaptation a été son maître-mot « J’ai adapté notamment l’entraînement et la nutrition, étant donné qu’il n’y a pas de courses j’en profite pour m’entraîner sans la pression d’un objectif et de même pour la nutrition, pas besoin d’être affuté. J’ai donc appris à relativiser si un entraînement ne se passe pas comme prévu… apprendre à s’adapter à tout ! ».

Théo Détienne - Team SalomonDésormais, les compétitions vont reprendre et ils vont très prochainement raccrocher un dossard sur leur maillot. Cela débutera le 6 juin prochain avec les championnats de France de course en montagne* pour Baptiste Fourmont « Je serai présent et motivé pour tout donner le 6 juin ! C’est un objectif majeur car c’est la course en montagne en France qui a la plus forte densité et qui peut ouvrir de belles portes concernant l’avenir » ainsi que Sylvain Cachard : « S’il a lieu, j’y serai. » et « je ferai tout pour être en forme au championnat de France ». Pour autant son objectif majeur reste les Golden Trail World Series.

Lucille Germain ne prendra pas le départ mais elle a d’autres objectifs pour cette deuxième partie d’année « L’objectif majeur de cette année serait d’obtenir ma qualification pour les Championnats du Monde de trail court, qui se dérouleront en fin d’année en Thaïlande. En second, j’aimerais réaliser un beau top 10 sur l’une des courses du Golden Trail Series ».

Théo Détienne ne sera pas non plus sur la ligne de départ des championnats de France de course en montagne 6 juin prochain, mais sera derrière celle des 46km de l’Ergysport Trail du Ventoux qui a lieu le même jour. Cette course sera notamment une préparation pour son objectif principal : le marathon du Mont-Blanc le 27 juin. « Je devais y aller l’année dernière, j’en ai beaucoup rêvé et j’espère que ce sera pour cette année ! C’est une course magnifique avec un parcours super et une densité incroyable ».

Ils se retrouveront donc très bientôt derrière les lignes de départ, évidemment si les conditions restent stables et que les courses sont maintenues.

*Depuis, la course a été reportée au 12 septembre 2021

Par Killian TANGUY

X