Coureurs

Lucien Loyer : « la drogue ultra s’est installée ».

Partager
Poste Le 18 décembre 2018 par Fred Bousseau

Lucien Loyer - UT4M 2018 - Bruno Lavit

Professeur d’EPS près de Beauvais dans l’Oise, Lucien Loyer a remporté l’UT4M en août 2018 :169 km et 11 000 m de D+ en 27h18min. Venu du plat pays, comment un trailer non montagnard et s’entraînant dans une région où la pente la plus longue cumule 90 m de D+, peut briller sur un tel format de course ?
Rencontre avec le dernier vainqueur de l’épreuve, l’édition 2019 étant annulée (A LIRE ICI)

Trails Endurance Mag : Lucien, peux-tu nous décrire ton parcours sportif ?
LucienLoyer« Je suis venu tardivement au sport « compétition ». Dans ma jeunesse, j’ai plutôt eu une pratique loisir à base de virées VTT dans l’Embrunais, ou de randonnées. Mais cela se produisait uniquement quelques semaines en été. Dès mon arrivée sur Beauvais, j’ai goûté aux joies du triple effort. Triathlète de niveau régional, mon point fort était la course à pied. Adepte en parallèle des activités nature, mes hivers étaient ponctués de quelques CO nocturnes. Ces courses sont devenues de plus en plus longues et avec mon ami et coach, nous nous sommes mis à faire quelques trails. »

« je travaille pour devenir un vrai sanglier  » : Lucien Loyer

Trails Endurance Mag : Cette découverte du trail a vraiment été progressive, un peu à l’envie ?
Lucien Loyer - vainqueur UT4M 2018Lucien Loyer : « Oui, une progression tranquille ! Entre 2008 et 2014, j’ai augmenté les distances pour réaliser mon premier UTMB en 2014. Puis la drogue ultra s’est installée. Passer une nuit en course, n’être que face à la nature et à soi-même, c’est le top ! Ma victoire à l’UT4M, a été un plaisir intense, mais ma fierté fut de « maîtriser » le cerveau»

Trail Endurance Mag: Mais quel est ton secret pour être capable d’affronter de telles épreuves montagnardes en t’entraînant dans le Beauvaisis ?
Lucien Loyer : « En effet, cela pose question chez beaucoup de personnes.  Mes terrains de jeu sont plutôt plats. Mais le coach m’offre des programmes très costauds. Plutôt diesel, je travaille énormément pour devenir un vrai sanglier !

Mes semaines types sont classiques : un rappel VMA, du rythme … et pas mal de musculation avec des côtes. Les ramasseurs de champignons se demandent pourquoi je rebondis comme une grenouille, pourquoi je tiens les arbres quand je suis en chaise ! Oui, c’est vrai que c’est ce renforcement musculaire qui me transforme en sanglier des plaines. Pour les trails montagneux de fin août, j’ai toujours eu la chance de passer un petit peu de temps en montagne. Embrun, c’est un petit coin de paradis qui me sert de base, de repère. Mais l’essentiel de la préparation se fait en Picardie. »

Inspiré par François D’Haene

Trail Endurance Mag : Il y a quelques semaines, tu as pris un billet de bus direction Embrun pour un Off automnal de 20h, 110 km et 7000m de D+. C’était un coup de tête ou un projet mûrement réfléchi en vue d’un objectif ?
Lucien Loyer : « Mon trip Embrunais, c’était une chose dont je rêvais depuis toujours. Désormais, je me fixe moins de limites. Donc le but était de vivre une aventure seul, sauvage … sans contrainte de chrono.
Prendre un bus, dormir pendant le voyage et s’attaquer dès le réveil à la route tracée par François D’haene autour du lac de Serre Ponçon.
Voilà déjà un certain temps que j’avais envisagé ce genre de balade. Le principe est simple : un sac, une carte … et mes jambes. »
« Ce fut vraiment génialissime et frigorissime ! En chiffres : 18h de course et 110 bornes pour plus de 7 000 m de D+. Une belle promenade qui en appelle d’autres, car sur la dernière descente, les crêtes de l’autre côté du lac pouvaient être un autre itinéraire sympa … »

Extrait de sa page Facebook de retour de son OFF en solo

« Mercredi 14h : Le soleil est au rendez-vous, sac chargé avec des compotes de crème de marrons … C’est parti sans aucune idée du kilométrage.

Partie 1 : Embrun-Les Gourniers : Le début de la promenade est ensoleillé.
Direction le Mont Guillaume à 2500m. Montée de 2h45 au soleil avec des sentes qui me rappellent les entraînements de cet été. Au sommet, toujours la croix, quelques photos, les manchettes … et hop direction le Lac Brun au travers des éboulis. Tout passe facile. Les sabots répondent et j’ai le sourire aux lèvres. J’ai en ligne de mire le Col de Reyssas à 2500m, porte d’entrée et de sortie de mon périple. Mais là se dresse devant moi un pierrier pentu ! On va prendre son temps. La difficulté passée, avec les malléoles égratignées, j’attaque la montée raide du col. Au sommet, le soleil commence à descendre et face à moi ce pierrier à l’infini. Je descends en me rappelant qu’il fallait « taper » à gauche, mais je commets là une erreur. Avec cette bifurcation trop rapide, je me retrouve en haut d’un vallon .La bonne trace est en face … de l’autre côté des pierriers. Décidemment, c’est le thème ! Cette fois-ci ce sera surf sur pierre, et ça glisse … parfois sur les fesses ! Direction le Col de la Regue à 2700m. (…) Je fonds vers les Gourniers. 43km de balade déjà. J’y retrouve mes parents. Et là, moment familial au chaud dans le camping car-resto-vestiaire. Après une soupe, des patates et un florentin … je sors. Il est 21h.

Etape 2 : Les Gourniers – Prapic ou les montagnes Russes.
Je repars avec la version longue du tee-shirt. Le froid arrive, mais je me dis qu’en bougeant, ça ira. Le Col de la Coupa à 2500m … au clair de lune … c’est magique. On y voit comme en plein jour (…) »

Bio Express :
Lucien Loyer, 36 ans
Team: Team Trail Lmr Performance

Palmarès :
– 2ème Ultra du Mercantour en 2017
– 4ème Ultra du Pas du diable 2018
– 2ème Ardennes Méga Trail 2018
– Vainqueur UT4M 160 2018

Par Xavier Boulanger – photo Bruno Lavit

UT4M 2018 - Lucien Loyer - photo Bruno Lavit

X